logo les éditions du lampion

Contes canadiens

L'auteurs:Saint-georges

Un voyage au Québec au début du siècle dernier… Saint-Georges nous invite en campagne à la rencontre de personnages insolites, livrés à leur solitude, en proie au doute : une atmosphère étrange, cruelle, dure comme les hivers canadiens.
Mais tout à côté d’un poêle aux flancs rougis, subitement les langues se délient. Les dialogues imagés surprennent ; ils se savourent, empreints de poésie rurale. On rit souvent de la naïveté des personnages, de la cocasserie des situations, parfois on pleure, on s’indigne face à leurs sentiments médiocres … Bref, personne ne peut rester indifférent devant les récits du Maupassant québécois.

Extrait du conte

Alcide enfouit son rosaire dans la poche de son veston, se signa dévotement, trempa ses doigts dans le bénitier de pierre, puis descendit la pente raide conduisant à la petite gare où Basile était déjà rendu.

« Vitamine », lâchement retenue par son licou usé, broutait quelques pousses d'herbe hâtive qui s'obstinaient à croître entre les cailloux gris de la route raboteuse contournant la gare.

Basile lui flatta la crinière, très doucement. Elle hennit affectueusement, tendant ses naseaux humides comme pour quémander une autre caresse. Peut-être devinait-elle que c'était son dernier voyage attelée au « berlot » ?

Son maître lui donna quelques tapes amicales sur la croupe, lui offrit une pomme juteuse qu?elle avala gloutonnement, puis, ses oreilles attentives se tendirent subitement vers l'Orient.

Le p'tit local va être encore en retard, fit simplement Demers en allant rejoindre Alcide.

Ce dernier était si mortellement triste que l'autre n'eut pas le courage d'insister. Il s'affala dans un coin, au chaud, en fumant sa pipe dont il foula le tabac d?un coup de pouce.

Le téléphone sonna : le « local » serait en retard de vingt minutes.

les autres recueils:

Pieds de fables à quatre mains
Contes canadiens,
La fête à Amalfi,
Le Clan des Suppliciés

retour aux editions
liens